Yoji Fujimoto – yokomen uchi ikkyo

Yokomen uchi ikkyo (omote/ura) par Yoji FUJIMOTO (1948-2012), 8e dan. Dans ce travail en katageiko (pratique de la forme), le style sobre et épuré de FUJIMOTO senseï est un modèle du genre : placements clairs, sens de la coupe, travail bas sur les appuis… Très beau à regarder, très difficile à reproduire !

 

Publicités

Shoji Nishio – atemi

Shoji NISHIO shihan

 

La notion d’atemi est centrale en aïkido : qu’il soit effectif (porté) ou potentiel (retenu), il est indispensable dans la construction correcte d’une technique. Shoji NISHIO (1927-2005), 8e dan et élève de O senseï, était également expert en judo, en ïaido et en karaté. C’est donc sans surprise que sa pratique de l’atemi a été influencée par sa maîtrise de « la voie de la main vide« . La preuve en images.

 

Takeshi Yamashima – ikkyo avec lenteur

Shomen uchi ikkyo : l’une des premières techniques que l’on apprend mais pas vraiment la plus facile (surtout dans sa version ura waza)… D’ailleurs, selon O senseï, sa maîtrise est l’affaire d’une vie !

Rien de tel qu’un travail lent et précis pour prendre conscience des sensations et se rapprocher du principe aïki cher à notre discipline : Takeshi YAMASHIMA nous en donne un très bel exemple, aussi simple d’apparence que difficile à réaliser.

 

Kazuo Chiba – irimi nage

Aï hanmi katate dori irimi nage par Kazuo CHIBA en quatre étapes : de la forme la plus basique à la forme kiri otoshi. Dans toutes les formes, on retrouve un travail très bas sur les appuis qui permet d’acquérir, entre autres, souplesse et conscience du centre.

Par ailleurs : essayez-donc de travailler bas en mettant de la force dans les épaules ! Et c’est là un autre intérêt de ce genre de travail (qui n’est qu’un travail) : obtenir (en bonus pour ainsi dire) de la légèreté et de la mobilité dans la partie supérieur du corps.

 

Hiroshi Ikeda – à propos de la structure

Dans la courte vidéo qui suit, Hiroshi IKEDA parle de la structure et notamment du fait que, si celle-ci est en place, travailler avec un partenaire fort ou raide devient encore plus facile… Certes il faut être un peu à l’aise avec l’anglais mais, en tenant compte de la gestuelle, l’essentiel du message est assez facile à comprendre je pense !

D’un art à un autre #2

« L’aïkido, c’est irimi atemi » – O senseï Moriheï Ueshiba

Irimi (litt. « entrée du corps »), atemi (coup porté sur une partie vitale) sont donc bien évidemment au centre de l’aïkido. Dans la petite vidéo qui suit, Kenji USHIRO nous montre que la notion d’irimi est tout autant primordiale en karate-do. Ce maître de Shindo Ryu Karate-do (école de karaté peu connue) est également l’auteur d’un livre Karate and Ki (Ed. Aiki News, publié en anglais) dont je recommande la lecture.

Irimi, atemi, ki… des notions qui semblent donc transcender les écoles et les styles d’arts martiaux.

USHIRO Senseï

 

D’un art à un autre #1

Les techniques que l’on trouve dans l’aïkido ne sont en aucun cas propres à l’aïkido… du moins quand on considère leur forme extérieure et les principes bio-mécaniques sur lesquelles elles s’appuient.

Dans la petite vidéo qui suit, on peut voir que l’enchaînement nikyo – kaiten nage existe aussi en taiji quan (lire taï chi chuan). Pour deux arts basés sur la spirale, ça n’a finalement rien de surprenant…

Les deux maîtres que sont YAMAGUCHI Seïgo et CHEN Yu nous offrent ainsi deux versions d’un mouvement « naturel » dans le arts martiaux.

 

CHEN Yu – 19e génération du taiji quan style Chen